Une image…une histoire : L’esprit de Noël (1/3)

houx

Photo d’auteur inconnu

*

Il ne comprenait pas pourquoi il était tellement énervé depuis quelques temps. Le travail était plutôt moins prenant, la météo était plutôt clémente, les finances en hausse, et sa sœur ne l’avait pas appelé depuis longtemps avec ses jérémiades habituelles. Et pourtant, plus les jours passaient, plus il s’énervait pour chaque détail et l’ambiance devenait de plus en plus pesante pour ses collègues de travail.

Ce matin-là, Françoise, sa collègue de bureau finit par craquer:

  • Pierre, si vous continuez comme ça, je change de bureau ! Je ne sais pas ce que vous couvez, mais il faudrait que vous alliez consulter avant que je…
  • Que vous quoi ? répliqua Pierre sèchement sans la regarder.
  • Que je perde mon sang-froid ! Dit-elle en prenant son dossier sous le bras, avant de quitter la pièce en claquant la porte.

C’était chaque fois la même chose, cette fille n’avait aucune patience !

Il prit son déjeuner et décida d’aller le manger dans le parc. Le fait qu’il gèle n’avait pas d’importance, du moment qu’il allait pouvoir s’aérer ailleurs. L’atmosphère ici devenait trop lourde. Et dire que ce soir, il y aurait « l’apéritif de Noël » au bureau. Il n’avait aucune envie de faire des heures supplémentaires pour manger quatre petits fours et sourire à la cantonade.

Noël… pfff…

Il n’en n’avait plus rien à faire de Noël. Depuis que pour le Noël de ses six ans, sa sœur avait ri de lui en lui expliquant que le Père Noël était une arnaque inventée par les parents pour obliger les enfants à être sages toute l’année…

Ce jour-là, il s’en souvenait comme si c’était hier. Il avait eu l’impression que le ciel lui tombait sur la tête, que le sapin avait perdu toutes ses aiguilles d’un seul coup, et que l’enfant de la crèche était le roi des menteurs. Lorsqu’il vit sa mère placer sous le sapin un verre de lait et un sablé de Noël en disant que le Père Noël aurait besoin de forces pour finir sa tournée, il avait été horrifié qu’elle puisse participer ainsi au mensonge, et était parti en pleurant dans sa chambre. Cette année-là rien n’avait pu le consoler, ni les explications embarrassées de sa mère, ni les cadeaux, ni la neige arrivée le soir du réveillon et qu’il adorait pourtant. Ce jour-là, on lui avait volé son enfance.

Depuis, la vie s’était chargée de lui faire perdre peu à peu le reste de ses illusions. Celles qu’il avait nourries des contes de son enfance, ses illusions sur les amitiés adolescentes, sur les histoires d’amour, sur l’équité au travail, sur l’honnêteté. Enfin, sur tout !

Et il faudrait qu’il ne soit pas énervé ! Cette vie était un leurre, où qu’il se tourne, tout n’était que déception et illusion. Ce monde n’était qu’hostilité, violence et mensonge. Il savait bien ce qui l’énervait, c’était Noël, le jour où l’on feint de croire que le monde changera, que l’espoir gagnera.

Le jour où on célèbre le mensonge tout autour du monde !

Il avançait en maugréant, en frappant du pied les amas de feuilles sur le trottoir, le visage fermé et les yeux braqués sur le bout de ses chaussures. Plusieurs passants se retournèrent sur lui, le regard hostile. Il s’en fichait totalement. S’ils n’étaient pas contents, ils n’avaient qu’à regarder ailleurs. Il arriva aux portes du parc et se fraya un chemin au milieu d’un groupe d’adolescents qui plaisantaient affublés de bonnets de Père Noël. Il les ignora et poursuivit son chemin à grandes enjambées jusqu’au bord du lac où il se laissa tomber  sur le premier banc libre. Il allait pouvoir déguster tranquillement son sandwich sans que personne ne vienne l’ennuyer. Il jeta un coup d’œil autour de lui, à part quelques canards, il n’y avait pas grand monde dans la parc. Un peu plus loin, les marchands du temple avaient élu domicile, ces fleuristes ambulants et autres vendeurs à la sauvette qui proposaient aux promeneurs des décorations pailletées d’étoiles factices et de colifichets fabriqués à Taïwan. Il tourna la tête vers le lac pour ne pas les voir, lorsqu’une vieille femme portant une boîte en carton contenant des petits bouquets de houx, vint s’asseoir à côté de lui. Il la dévisagea, un peu contrarié. Elle aurait pu trouver un autre banc, pour une fois qu’il avait la paix !

Il sortit son déjeuner et commença à déplier l’emballage de son sandwich sous le regard de sa voisine. Il sentait son regard peser sur lui, ce qui le rendait mal à l’aise. Il se demandait si cette femme avait déjeuné et ce qu’elle faisait là. Il l’observa à la dérobée, elle avait entrepris de disposer en épi ses petits bouquets à l’intérieur de la boîte pour tenter de la refermer sans les  écraser. Quand elle eut terminé, elle se tourna vers lui de nouveau, fixant son sandwich d’un air d’envie. Pierre sentant monter son agacement, interrompit son repas et lui demanda d’un ton peu affable si elle avait déjeuné. La vieille femme sourit, et lui répondit qu’à son âge, on avait plus besoin de manger tous les jours. Pierre, se demandant si cette réponse ironique était une boutade, leva enfin les yeux vers elle. Il fut subjugué par son regard mêlant une grande douceur et une volonté de fer. Il resta muet, soudain intimidé, ne sachant plus comment poursuivre la conversation. Elle se contenta d’accentuer son sourire, détourna le regard et se plongea dans la contemplation de la surface du lac. N’y tenant plus, Pierre partagea son sandwich et lui tendit la moitié intacte, en disant :

  • Tenez, si vous vouliez m’aider à finir ça m’arrangerait. Je crois que je n’ai plus faim. J’espère que cela vous plaira, poursuivit-il en se levant pour reprendre sa promenade.

La vieille femme sourit de plus belle en regardant le sandwich posé dans sa main. Elle posa la main sur sa manche pour l’arrêter en disant :

  • Ne filez pas si vite, je veux vous remercier. Attendez une minute. Tenez c’est pour vous, dit -elle en lui tendant un de ses bouquets de houx entouré d’un ruban écossais.
  • Je vous remercie répondit Pierre sèchement, mais gardez votre bouquet, je ne suis pas très doué avec les fleurs.  Et en plus, je dois retourner au bureau, conclut-il comme pour atténuer son refus.

Elle le regardait fixement sans se départir de son sourire, et ajouta :

  • En effet, vous ne semblez pas très doué avec les fleurs. Ce petit bouquet étant composé uniquement de feuilles et de fruits, je pense que vous parviendrez à vous en occuper pour qu’il ne sèche pas avant la fin de l’année. Il vous suffira de le mettre dans un verre d’eau. Je vous l’offre pour qu’il vous porte chance, ce genre de cadeau sincère ne se refuse pas.

Le ton était plutôt autoritaire, appuyé d’un regard insistant et Pierre n’osa pas refuser une seconde fois. Il tendit la main vers celle de la femme qui ajouta en lui tendant le petit bouquet:

  • Savoir accepter un cadeau est une manière de faire plaisir, autant que de savoir donner. Beaucoup de gens ont oublié cela. Peu importe d’où vient le cadeau, qu’il soit rare ou cher ou insignifiant. Ce qui compte dans un cadeau, c’est la sincérité avec laquelle on le donne, et celle en retour avec laquelle on reçoit. Ce qui est important dans un cadeau, c’est l’échange d’amour qu’il représente. Peu importe que le cadeau soit maladroit ou très recherché, la seule chose qu’il représente est cet échange d’amour. C’est cela la magie de Noël. Trop de gens l’ont oubliée.

Pierre baissa les yeux et serra les dents. Il ne voulait pas se lancer dans une discussion sans fin avec cette inconnue. Pour lui la magie de Noël avait disparu le jour de ses six ans, par la brutalité de sa sœur, et il ne voulait pas revenir là-dessus. Il grommela un « merci » presque inaudible et tourna les talons, lorsqu’il entendit la voix de la femme derrière lui qui murmurait :

  • Les gens qui dénigrent la magie de Noël sont ceux qui ont perdu leur âme d’enfant, et ils en sont bien malheureux. Elle se montre seulement à ceux qui y croient. Il faut parfois réapprendre à écouter son cœur et ouvrir les yeux pour qu’elle accepte d’entrer dans une maison…

Il n’allait pas écouter les divagations de cette femme plus longtemps. Il avança sur le chemin, lorsqu’il entendit tomber un objet. Il se retourna, la vieille femme avait disparu. Balayant le jardin du regard, il ne la vit nulle part. La surface du lac était étale. Aucune trace de cette femme aux alentours. Elle semblait ne jamais avoir existé, et Pierre aurait douté de la réalité de cette rencontre s’il n’y avait cette boîte de carton restée sur le banc. Il rebroussa chemin et s’en approcha, le couvercle avait disparu et elle était vide.

–>  A suivre <–

Publicités

14 réflexions sur “Une image…une histoire : L’esprit de Noël (1/3)

  1. Méfiez-vous, bonnes gens qui ne croyez plus à rien, les fées sont partout…
    Et quand on s’y attend le moins !

    Aimé par 2 people

  2. Si la boîte est un carton à chaussures, cela veut bien dire qu’il en a mis une paire au pied du sapin… 🙂

    J'aime

  3. On sent venir la belle intrigue de Noël, voire le merveilleux conte…J’adore le côté un peu « autoritaire » de la vieille dame…Dans l’esprit de Noël, tout devrait être dans la douceur plutôt que dans la hâte – j’ai horreur de ça! – à se « jeter » sur les cadeaux…Les Japonais, par exemple, accordent avec raison davantage d’importance à l’emballage (et aux gestes) qu’au contenu! Et…s’offrent ces sortes de « présents » …toute l’année!…Ils ont apprivoisé la Noël…!

    J'aime

    • Merci Patrick 🙂
      Noël ne s’habille que de douceur; si elle n’est pas dans les atours de fête, elle devrait être dans les cœurs.
      Mais parfois il faut un peu forcer pour que la porte s’ouvre à la magie…
      Le présent principal est l’amour, peu importe la forme qu’il prend …

      J'aime

  4. Un début d’histoire qui promet
    il n’y a pas de détail ici
    rien n’est dessiné en ombre.
    ___

    « Savoir accepter un cadeau est une manière de faire plaisir, autant que de savoir donner.  »
    Et cela s’apprend, se travaille …
    (j’ai un mal fou à accepter un cadeau … mais je me soigne)

    Aimé par 1 personne

    • Une histoire en cadeau où chacun dessinera les détails qui collent à sa propre histoire, et en chassera les ombres. Une histoire où la lumière gagne à la fin et fait danser les ombres sur un air de xylophone.
      Pour apprendre à bien recevoir, fermer les yeux et s’imaginer la joie qu’aurait eu l’enfant qui dort en nous, en ouvrant ce cadeau 🙂

      J'aime

  5. J’ai bien apprécié ce texte sur la magie de Noël….je te souhaite une bonne semaine… Bisous

    Aimé par 1 personne

  6. le temps d’écriture d’une plus longue histoire, c’est peut-être aussi ça la magie de noël : le temps ! Douces pensées et bonne fin d’année à vous

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s