Confessions Intimes 11 : Arboremo

souche

Photo M.Christine Grimard

 

Je crois que j’ai dû faire un mauvais rêve.

Ce matin, l’air est chargé une odeur de sciure.

J’aime cette odeur chaude, orangée, musquée, boisée. J’imagine que l’odeur du santal ne doit pas être plus savoureuse, ni celle de l’olivier.

Cette odeur envahit toute la clairière, elle ondule dans le vent du matin, elle tourbillonne autour des fourrés et me revient de plein fouet. Elle me berce de ses effluves dorés.

Je l’aime …

Quel est cet oiseau noir qui me cache le soleil ? Il tourne au zénith entre les cimes des grands pins. Il tournoie lentement suivant une spirale invisible. Il plane puis descend imperceptiblement. Je le suis des yeux, et soudain je le vois piquer vers moi. Il va s’écraser sur mon tronc !

Il s’est posé sur moi, juste sur mon visage, en plein milieu de mon âme.

Ce manque de respect me sidère.

Comment a-t-il pu faire une chose pareille ?

Comment ?

 

Je crois que j’ai dû faire un mauvais rêve.

Cette seconde où le temps se suspend et où je réalise…

Cette odeur de sciure musquée, boisée, sucrée, c’est celle de mon sang !

Ce silence et ce froid qui m’envahissent !

 

Je crois que j’ai dû faire un mauvais rêve.

Je n’existe plus. Où sont mes branches et mes feuilles, où est mon écorce ? Ils m’ont écorché vif, m’ont dépecé, m’ont désarticulé. ils m’ont découpé en copeaux. Ils m’ont éviscéré. Ils m’ont amputé, effeuillé, débité. Ils m’ont tué.

Et pourtant, je suis là, écorché à ciel ouvert, étalant mes cernes de croissance sous le soleil qui brûle mes souvenirs. Les enfants des écoles pourront venir étudier la dendrochronologie grâce à mon sacrifice. On leur expliquera qu’au second de mes cercles est morte la troisième république. On leur expliquera que j’ai connu des guerres et des tempêtes mais que rien ne m’avait abattu avant que ce sauvage armé d’une tronçonneuse ne vienne m’assassiner !

Que vais-je devenir ? Qu’ont-ils fait de ma chair ? Qu’ont-ils fait de ma vie ?

En me concentrant un peu, je sais que je peux faire repartir de mon collet, quelques rejets vigoureux, et que si je le fais discrètement en les prolongeant un peu sous l’ombre du grand chêne, ils ne les verront que quand il sera trop tard pour les arracher. Il faut que je me concentre. Il faut que je survive à cette espèce sauvage et sans scrupule qui veut se rendre maîtresse de ce monde. Si personne ne résiste ils auront bientôt tout détruit.

« Toi la corneille qui m’écrase le nez sans vergogne, va prévenir les autres. Vole au-dessus des collines et des futaies, dis-leur ce qu’ils m’ont fait ! »

Mais je m’épuise à crier ainsi, il faut que j’économise les forces qui me restent ou je pourrirai lamentablement au prochain hiver.

Le pire je crois, ce n’est pas de ne plus sentir le soleil réchauffer mon écorce ni le vent jouer dans mes feuilles, le pire c’est de ne pas connaître le sort de ma chair. Que feront-t-ils de moi ?

J’aimerais qu’un bûcheron barbu sculpte le visage de sa bien-aimée dans mon tronc, et qu’il passe le reste de sa vie à me contempler.

J’aimerais que mes planches servent de support aux cordes d’un piano et passer le reste de ma vie à jouer Mozart ou Satie.

J’aimerais finir en cabine de plage et entendre le ressac venir lécher mes orteils aux marées d’équinoxe.

J’aimerais que le sommet de mon tronc soit choisi pour compléter le mas de ce navire qui emmène les enfants des villes apprendre la mer.

J’aimerais que mes branches finissent en pied de lampe pour que j’éclaire la page du poète qui écrira mon histoire.

J’aimerais …

Après tout que me reste-t-il d’autre que le droit de rêver à toutes les vies que la providence voudra bien donner à la chair de ma chair ?

Que m’ont-ils laissé d’autre que mes rêves ?

Je crois que j’ai dû faire un mauvais rêve…

 

 

Publicités

26 réflexions sur “Confessions Intimes 11 : Arboremo

  1. J’adore ce texte. Bravo et bon dimanche…☀️

    Aimé par 1 personne

  2. @ mchristinegrimard : Comme une décapitation… On en voit ici ou là (le long du canal du Midi ou Saint-Martin, à Paris, aussi !), leurs ramures disparues… Cela fait mal au cœur.
    Vous avez su imaginer ces pensées arborescentes…

    J'aime

  3. On la sent vraiment bien cette odeur de sciure de bois! Les mots justes rendent de belles sensations à partager! Bravo et merci pour cette matinée aux senteurs boisées!

    Aimé par 1 personne

  4. Texte très émouvant…

    Aimé par 1 personne

  5. Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras;
    Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas;
    Ne vois-tu pas le sang lequel dégoutte à force
    Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ?
    Sacrilège meurtrier, si on pend un voleur
    Pour piller un butin de bien peu de valeur,
    Combien de feux, de fers, de morts et de détresses
    Mérites-tu, méchant, pour tuer nos déesses ?
    Pierre de Ronsard (1524-1585)

    Aimé par 1 personne

    • Merci de cette visite et pour cette citation d’une sagesse infinie. Pourtant Ronsard vivait à une époque où les hommes n’avaient pas eu le temps de massacrer la nature qui les entourait, et déjà il s’inquiétait de la souffrance des arbres !

      J'aime

  6. Cette souche est pathétique, comme un visage assassiné.
    Je manque de mourir chaque fois que j’en vois une.

    Aimé par 1 personne

    • Oui moi aussi, avec l’impression d’arriver trop tard !
      Cette souche était fraîchement coupée ce jour-là et deux petites mouches étaient posées à l’emplacement de ce qui aurait pu être ses orbites, c’est ce qui m’avait inspiré ce texte, ayant vraiment l’impression qu’il me regardait de des yeux tristes.
      Mais j’ai trop d’imagination probablement..,

      J'aime

  7. Auprès de mon arbre
    Je vivais heureux
    J’aurais jamais du m’éloigner de mon arbre…chantait Brassens
    Puis une poétesse aux doigts de harpiste, dessine une autre vie
    à cet arbre tronc..devenant pourquoi pas, chêne de souche..😊

    Aimé par 1 personne

  8. Très, très bien. C’est un beau texte, qui capte si bien les moments où un oiseau noir vient tout à coup s’emparer de notre âme…

    Aimé par 1 personne

  9. Arbre mon ami, je pleure ta sève en aller
    Très beau texte Merci

    Aimé par 1 personne

  10. Superbe ! au pilori les méchants bûcherons, pour ma part je ne suis qu’un  » Laurent- outan  » …!!!

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.