Phrases 1 : Mots citronnés

Nouvel exercice :

Laisser les mots venir se poser sur l’écran en liberté. Lever les yeux sur la vie, laisser les images prendre forme et simplement les décrire, comme on en ferait le portrait en quelques lignes de fusain.

Trois phrases toutes simples.

Trois images suggérées que l’on voit danser sous ses paupières lorsqu’on a fini de lire la phrase.

Trois raisons d’en rêver lorsque la page est tournée.

*

Exemple illustre:

« Le soleil parlait si clairement ce matin, que si j’avais pu prendre en note ce qu’il disait, j’aurais écrit le plus beau livre de tous les siècles. »

Christian Bobin

*

Essais :

  • Le soleil vert printemps du matin teinte le lac de reflets mentholés citronnés.
  • Un saule assoiffé étire sa chevelure jusqu’à rider la surface de l’étang,  ondulante caresse dorée.
  • Un parfum de citronnelle embaume le rivage, et je reste là, bercée par ce doux clapotis luttant contre l’envie d’un thé au citron.

 

lac

Photo M. Christine Grimard

*

Juste un zeste de citron

*

Publicités

12 réflexions sur “Phrases 1 : Mots citronnés

  1. Tout est dans la beauté du zeste.

    J'aime

  2. Jaune citron, la première couleur de l’arc-en-ciel après le blanc… Citron, qui mûrit étonnamment en hiver comme le gui… Autrefois, offert en cadeau de Noël avec les oranges… Citron, dont Gandhi disait: pourquoi es-tu malade, si tu as des citrons!

    Aimé par 1 personne

  3. Cette eau couleur d or réfléchissait milles zébrures .nous enmenant dans un monde imaginaire ou tout serait limpide

    J'aime

  4. Magnifiques reflets
    promesses d’un bel été

    J'aime

  5. Merci beaucoup 🙂
    Oui belle promesse d’un été zèbré de soleil !

    J'aime

  6. Patrick Devaux

    Je reviens sur l’image de départ avec le fusain, cet arbre qui pourtant lent donne toute sa générosité à faire dessiner avec ses fines branches quand on les calcifie…

    J'aime

  7. [pas pu résister à cette compression* de vos trois phrases]

    – Le soleil lac citronné.
    – Une soif échevelée.
    – Un reste bercée d’envie.

    [et de celle de Christian Bobin]
    « Le sol
    – larme qui rend nos cris –
    ivre de toi. »
    __
    *suppression de lettres sur le passage de l’oeil

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s