Photo du jour : Voguent les mots

« On écrit parce que personne n’écoute. » Georges Perros

*

 

IMG_0543

On écrit

Du bout des doigts,

Du bout du cœur,

Comme un pont jeté

Sur l’océan,

Comme une barque de papier

Lancée au gré des vagues.

On suit le courant,

Portés par les vents.

On laisse les mots glisser jusqu’à l’autre rive,

Et parfois, en passant

Près d’une île,

On rencontre un regard bienveillant

On découvre l’espoir

De pouvoir enfin partager

 Ses mots.

*

« Quand nous cessons d’écouter, nous cessons d’aimer. »   Michel Bouthot

Publicités

10 réflexions sur “Photo du jour : Voguent les mots

  1. Ecouter ce qu’on lit : chacun dispose d’une salle de concert dans sa tête…

    J'aime

  2. « De pouvoir enfin partager ses mots » et ses idées – la définition même d’une rare amitié – et dans ce poème toute la solitude tragique de l’artiste, qui, comme le marin, doit braver vents et tempêtes pour assumer son destin, pour une récompense souvent bien aléatoire.
    Personne ne veut comprendre ce fou qui se mesure aux éléments.
    Je pense souvent à Beaudelaire :
    « Ses ailes de géant l’empêchent de marcher ».

    Aimé par 1 personne

    • J’ai un faible pour les oiseaux marins, albatros ou goélands, enfant je pensais que c’étaient les âmes des rêveurs qui voguaient ainsi sur les nuages, et j’imaginais qu’un jour, je serais l’un d’eux …
      J’ai un peu grandi depuis, enfin rien qu’un peu 🙂

      J'aime

  3. Au terme de son périple, le bateau de papier finit par nous amener en royaume de Soliloquie.

    Aimé par 1 personne

  4. Dans les montagnes
    au petit hameau de 9 habitants où j’ai demeuré 3 ans
    (avant de descendre de quelques centaines de mètres dans un autre hameau un peu plus grand)
    ça écoutait l’autre
    et même
    il y avait la possibilité d’un silence que personne ne se sentait obligé de rompre
    il était là
    comme le blanc du papier entre deux mots, deux phrases
    ton poème dit bien
    le pont des mots
    qui joint les rives
    mais conserve un peu de la distance
    tout en rapprochant.

    Aimé par 1 personne

  5. Pour un peu, on s’étonne d’avoir d’un mot tout compris. En retour, il y a un pont ignoré, celui de nos cœurs armurés d’une tour invisible, Babel.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s