Clichés 24 : Contre-plongée (1)

aout 2014 076

Photo M.Christine Grimard

*

Pourquoi les hommes aiment tant chatouiller le ciel ?

*

IMG_9288

Photo M. Christine Grimard

*

Pour aller visiter les dieux ?

*

mai 2014 250

Photo M. Christine Grimard

*

Pour être plus grands que les arbres ?

*

MAI 2014 007

Photo M. Christine Grimard

*

Pour se parer de lumière ?

*

AOUT 2014 387

Photo M. Christine Grimard

*

Ou bien parce qu’ils jalousent les ailes des oiseaux ?

*

Publicités

18 réflexions sur “Clichés 24 : Contre-plongée (1)

  1. Peut-être parce que pour la plongée il faut savoir nager…

    J'aime

  2. Les corps des crucifiés , ils sont ou …?!!! Montés au ciel …?!!!

    J'aime

  3. Il faudrait leur demander … 🙂
    En l’occurrence, si vous parlez de la première photo, ce sont les nouveaux lampadaires déguisés en mâts de voiliers sur le front de mer du remblais des Sables d’Olonne.

    J'aime

  4. C’est bien sûr…l’éternelle quête d’ailleurs…ou l’étern’ailes quête d’ailleurs…

    Aimé par 1 personne

  5. A priori, au premier regard sur les photos, on devine la présence de la mer. Une subtilité captée dans la réflexion de la lumière…
    Au second regard, une architecture très vendéenne dans ses détails, on franchit les siècles du passé, pour se retrouver avec l’architecte, l’artiste, et l’ouvrier, qui voulaient tant nous communiquer l’essence et l’amour de leur Vendée, pensée dans chaque pierre.

    J'aime

    • Votre sensibilité remarquable vous a conduite au bon endroit ! En effet la lumière de ce pays est très particulière et n’a rien à envier à celle de la Provence, si bien rendue par de nombreux peintres (que j’apprécie aussi…), mais moins connue cependant. La Vendée est un lieu où l’on capte l’énergie inépuisable de l’océan, et l’amour de cette terre de sel et de vent que les hommes du pays ont magnifié dans leur architecture respectueuse de la force des éléments qui les entourent. Merci pour votre commentaire si juste !

      J'aime

  6. Un peu terre à terre je vais rester, mais chez nous dans le duché d’ Uzès nous avons tours et clochers qui font la course la tour du roi la tour de l’évêque la tour du duché la tour fénestrelle qui se veulent plus hautes les unes que les autres et malheureusement une médiathèque presque dans le sous sol …
    Une des tours était d’ailleurs une prison,et malgré sa taille la médiathèque est source d’évasion et de voyages sur les ailes du savoir .
    belle soirée à vous, à vous lire encore et encore .
    Merci

    Aimé par 1 personne

  7. Stéphane Cassin Photographie

    Les hommes aiment tant chatouiller le ciel pour faire rire leur Dieu respectif 🙂 Et il en faut de la légèreté en ce moment! Une belle série!!

    Aimé par 1 personne

    • En effet, c’est peut-être pour le réveiller et qu’il vienne leur réapprendre la beauté du monde dont ils font partie, et la couleur de l’amour. Ce n’est pas difficile pourtant, c’est celle du ciel et il suffirait qu’ils lèvent le nez pour oublier le noir qui les étouffe. Merci pour vos mots ici !

      Aimé par 1 personne

  8. J’apprécie bien votre sujet, qui permet de valoriser les architectures, un peu de rêve fait du bien pour les oiseaux, pourquoi pas?
    Quant aux humains, c’est plutôt la plongée…

    J'aime

    • J’aime regarder les détails architecturaux qui habillent une ville comme autant de bijoux. Les hommes sont capables de produire beaucoup de beauté quand ils le font en respectant les couleurs du pays qui les accueille. Les humains pourraient s’élever vers la lumière, avec un peu de bonne volonté et de désintéressement. Malheureusement, trop souvent, vous avez raison, ils plongent vers les sombres abîmes !

      J'aime

  9. dans son récit de voyage à travers l’Amérique – Travels with Charlie, John Steinbeck fait une halte dans la forêt des grands cèdres plusieurs fois centenaires, les plus grands êtres vivants sur terre. Il laisse son chien, Charlie, sortir de l’auto pour s’étirer et faire ses marques, tel un chien. Steinbeck raconte qu’il se dit intérieurement, en pensant à son chien, que ce dernier devrait en profiter puisqu’il ne trouvera jamais de poteau aussi gigantesque où laisser sa marque. Ce dernier, sans dire un mot, explore rapidement les lieux, et se dirige directement vers le plus petit tronc, guère plus qu’un roseau…
    La démesure, ce n’est l’affaire des chiens…

    Aimé par 1 personne

  10. J’adore votre série… une belle idée, nonobstant mon commentaire…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s