Journal : Mode d’emploi

Je ne tiens plus de journal, comme je le faisais à quinze ans … (!).

Cependant, il m’arrive encore de remplir des carnets, parce que j’aime écrire, plus encore que de poser les mots sur un clavier, j’aime les dessiner sur le papier.

Tenir un stylo, laisser courir la plume, regarder  l’encre couler.

Selon l’humeur, changer de couleur.

Attraper les mots qui passent comme on va à la chasse aux papillons, mais sans jamais les épingler, les laisser simplement se poser.

Les photographier pour les garder en mémoire et les relire quand le temps aura coulé sous les ponts de l’oubli.

Les reconnaître alors, leur sourire avec l’indulgence du recul ou de la sagesse.

Manuscrire… (Peu importe si ce mot n’existe pas).

Depuis quelques années, mes carnets ont changé d’aspect. Ils sont colorés et lumineux, enluminés par le talent de Catalina Estrada, habités de sagesse, non pas de la mienne (je n’aurais pas une telle prétention) mais de celle de Paulo Coelho. J’utilise l’agenda qu’il fait paraître chaque année, pour y poser mes mots. Ce ne sont que quelques phrases chaque jour sur les instants de la journée qui m’ont marquée,  quelques émotions dont je veux garder le goût sur mes lèvres, quelques mots qui s’étalent avec effronterie sous ceux de l’auteur. Celui de 2015 a été intitulé « Alchimie », une année magique sans doute qui devrait transformer les jours de plomb en or (bien qu’elle ait débuté dans le sang !).

Une fois l’année refermée, la somme des sentiments entreposés va s’endormir sur l’étagère, à côté de ceux de l’année précédente, jusqu’à ce qu’un jour de nostalgie, il m’arrive d’aller les réveiller.

Un blog n’est-il pas un journal dont on tourne les pages, qui seront aussitôt oubliées dès que chassées par la suivante ?

Il m’est venue l’envie de retranscrire ici quelques unes des pages de ce carnet, par jeu ou par envie de partage. J’ajouterai parfois la phrase qui illustrait la page de l’agenda avant que j’y appose les miennes, et vous verrez que le hasard se livre parfois à des raccourcis troublants…

Coïncidences ?

agenda

 

 

Publicités

8 réflexions sur “Journal : Mode d’emploi

  1. J’adore le mot « manuscrire » !
    Oui, écrire pour soi, pour rien, pour apaiser les choses…

    Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup votre verbe « manuscrire », ce que je fais souvent…Effectivement, le blog est « éphémère » par rapport au support « papier »….J’aime aussi le verbe « écrilire » (lire et écrire « en même temps »…)

    Aimé par 1 personne

    • Je suis heureuse que ce mot « bricolé » interpellent des amoureux des mots tels que vous, cher Patrick ! C’est ainsi qu’une langue évolue quand les mots collent aux actions et aux preferences des hommes, et vivent avec eux. « Ecrilire » je le fais souvent aussi sans le savoir comme Monsieur Jourdain 🙂 merci de l’avoir semé ici !

      J'aime

  3. Sur le papier, poser ses mots. Quelques mots cherchant l’ancrage.

    J'aime

  4. Pour un film à l’état d’ébauche on pourrait inventer le mot « manuscript » (mais ils sont tous tapés sur micro, maintenant).

    Carnets : on ne voudrait quand même pas être indiscrets !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s