Photo du jour: Enfance

Photo M.Christine Grimard

« On est de son enfance comme on est d’un pays. »Antoine de Saint-Exupéry

 Quand le premier souvenir se dessine-t-il ?

Oublie-t-on son enfance quand plus personne n’est là pour vous en parler ?

Rares sont ceux qui se rappellent des moments vécus avant l’âge de deux ans, exceptionnels sont les êtres qui ont conscience de leur existence dans les premiers mois. On nous dit que tout ceci est gravé dans la mémoire profonde, et qu’avec certaines techniques d’hypnose par exemple, ces souvenirs noyés pourraient revenir à la surface .

Parfois on préfère oublier, ne pas faire l’effort de faire émerger la partie sous-marine de l’iceberg .

Parfois, les choses enfouies sont bien là où elles sont .

Parfois il ne faut pas réveiller les démons du passé .

Pour survivre à son enfance, ne faut-il pas ne se souvenir que des jours de soleil, de plage et d’été ?

On aimerait que toute enfance soit rose et bleue, qu’elle éclaire la suite du chemin de soleil, qu’elle étincelle pour que l’adulte ait envie de danser sous la pluie.

On aimerait que les jours en noir et blanc ne soient que des vieux clichés que l’on regarde en souriant .

On aimerait que tous ceux qui étaient, à cet instant-là, sur la photo soient heureux là où ils sont .

On aimerait que le chat disparu se prélasse au soleil, au dessus des brouillards, et que le chien envolé se roule dans les nuages en souriant de tous ses crocs.

On aimerait que tous ces jours aient été doux.

Je ne sais pas si je me souviens vraiment des jours anciens, ou bien si les souvenirs qui me restent, ne sont que les clichés couleur sépia pris de loin en loin, avec ce vieil appareil, et que mon père développait dans un cagibi faiblement éclairé d’une ampoule rouge .

Quelques souvenirs épars comme autant d’images : une promenade en vélo avec des roulettes pour garder la stabilité, un sapin étincelant avec une poupée blonde aux yeux bleus, un arbre devant la fenêtre qui rythmait les saisons, un jardin où les liserons de toutes les couleurs proliféraient d’un jour à l’autre, ce qui faisait le désespoir de ma mère, sans que je comprenne pourquoi, une boîte où l’on gardait toutes les cartes postales reçues du monde entier depuis deux générations ce qui m’apparaissait comme un trésor réuni par les facteurs de tous les pays…

Tant de petits cailloux semés sur le chemin, que je crains d’emprunter, seule aujourd’hui, dans la nuit parsemée d’étoiles.

Un chemin si Vaste que j’ai peur de m’y perdre .

Qui s’en souviendra avec moi, maintenant que mon père a perdu ce qui lui restait de souvenirs, et que ma mère se projette uniquement vers son angoissant avenir? Moi seule, autant dire : personne .

Mais est-ce utile finalement? Cette lanterne là, qui n’éclaire que le chemin déjà parcouru, n’a que peu d’intérêt. Il vaut mieux que je la porte haut devant moi, le chemin restant à faire, est inégal, et j’aurai bien besoin d’y voir un peu plus clair pour avancer..

Publicités

8 réflexions sur “Photo du jour: Enfance

  1. Sans doute vaut-il mieux rester dans l’ici et maintenant 😉

    J'aime

  2. l’enfance que l’on retrouve… au travers du regard émerveillé par la vie de ses petits-enfants…

    J'aime

  3. l’enfance, qui peut nous dire quand ça finit
    qui peut nous dire quand ça commence..
    J.Brel

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s