Messages (Partie 1)

1527079_638345759561048_804185055_n

Courir les magasins quelques jours avant Noël était un exercice difficile, et année après année, je ne faisais aucun progrès. Je finissais toujours par me retrouver au milieu de la foule quelques jours avant la fête, en priant pour qu’il reste dans les rayons « Le » cadeau que l’on m’avait demandé.

Cette année, pourtant, j’avais presque tout déniché quelques semaines avant, sauf le téléphone portable dernier cri, que mon fils souhaitait trouver au pied du sapin. En maugréant, ce matin-là, je traversais la moitié de la ville pour me rendre dans la boutique de téléphonie la plus vaste de la cité, en espérant qu’il en resterait. Je pris le métro bondé à cette heure-ci, et après avoir fait la queue dans la boutique pendant près d’une heure, j’obtenais enfin le téléphone de ses rêves…

Je ressortais, soulagée, en louvoyant au milieu de ceux qui attendaient leur tour, jusqu’à la sortie, où je heurtai le coin d’une table que je n’avais pas remarquée en arrivant. Un homme était assis à cette table, où était étalée une dizaine de téléphones portables en promotion. Je le priai de m’excuser d’avoir bousculé son étalage, en ramassant une pancarte publicitaire que j’avais fait tomber. Il me regarda en souriant, avec un air énigmatique, sans me répondre. Intriguée par son silence, je le détaillai. Son allure m’amusait, on aurait dit le Père Noël, sans le costume ni le traineau. Il avait une barbe blanche qui semblait bien réelle, et une couronne de cheveux blancs, un visage jovial encadrant un regard espiègle. Il semblait avoir été particulièrement bien choisi pour son physique pour faire cette promotion de Noël.

Je lui rendis son sourire et m’apprêtait à sortir, quand il me dit :

« Il n’y a pas de mal, vous n’avez rien cassé ! Et vous tombez à pic, cette promotion vous est destinée !

Je le regardai, déjà agacée, par son habileté à retourner la situation en sa faveur. Je pensais qu’il voulait me vendre encore quelque appareil dont je n’avais aucun besoin. Ce genre de promotion m’agaçait prodigieusement. Je tentai de m’enfuir en lui jetant rapidement :

« Veuillez m’excuser de nouveau, mais j’ai trouvé tout ce qu’il me fallait. Au revoir Monsieur. »

Il m’interrompit d’autorité, et sa voix forte m’immobilisa.

« Vous ne m’avez pas bien compris, je pense. Je vous dis que cette promotion vous est spécialement destinée, dit-il en posant sa main sur mon bras. C’est gratuit, parce que vous venez d’acquérir le dernier téléphone sorti en cette fin d’année. Cela fait partie du marché, le vendeur ne vous en a pas informée ?

– Non répondis-je, en me demandant de quoi il me parlait.

– Vous pouvez donc choisir un des téléphones qui sont sur cette table, gratuitement, et vous en servir à votre guise, aussi longtemps que vous le souhaiterez. Si vous décidez de le garder, aucune contribution financière ne vous sera demandée.

– Je n’ai jamais entendu parler d’une telle promotion ! Il y a forcément un prix à payer, lui dis-je en le regardant droit dans les yeux. Dans notre monde, rien n’est gratuit. Quelle est la clause supplémentaire, dont vous omettez de me parler, celle qui est tout en bas du contrat, en lettres minuscules ?

– Il n’y en a aucune. Répondit-il en me regardant fixement. Parfois, les choses sont réellement gratuites, vous savez. Parfois, certaines personnes donnent leur aide gratuitement, vous sourient en passant et s’éloignent avant que vous ayez réalisé qu’elles vous ont fait cadeau de leur aide. Parfois, vous avez seulement quelques minutes pour choisir si vous répondez ou non à ce sourire, et le moment magique s’est envolé.

Je n’osais plus m’éloigner, ni ne le désirais d’ailleurs. Il m’intriguait de plus en plus, et je voulais comprendre comment cette conversation surréaliste était arrivée sur le tapis.

– De quoi me parlez-vous, dis-je en baissant la voix, comme s’il s’agissait d’une conversation secrète.

– Je parle de choix, répondit-il plus sèchement, en me désignant la table du doigt. Je vous propose un choix, lequel de ces téléphones vous plaît-il ?

Il marqua un temps d’arrêt puis ajouta :

-La vie n’est faite que de choix : saisir les opportunités, suivre le bon chemin, savoir faire demi-tour, imposer autour de soi ce que l’on estime être juste, accepter ses erreurs, suivre ses intuitions, écouter les signes.

En disant cela, il me fixait toujours, et je n’arrivais pas à détacher mon regard du sien. J’avais l’impression de flotter sur un nuage. Comme dans un rêve, je m’entendis dire :

-Je prends celui-là, en désignant un des appareils posés devant moi. J’avais choisi celui qui était blanc avec un logo à l’arrière, représentant deux ailes grises déployées.

-Très bien, dit-il, en me te tendant. Il est à vous. Vous n’aurez pas à regretter votre choix, et je pense que vous en serez pleinement satisfaite.

-Je vous remercie, dis-je. Au revoir, Monsieur.

-Au revoir, Madame, dit-il. Passez un bon Noël avec votre famille.

Je partis sans me retourner, avec l’impression de fuir, et arrivée au coin de la rue, je réalisai qu’il ne m’avait demandé aucune coordonnée, et que je n’avais aucune facture justifiant que ce téléphone m’appartenait. J’hésitai à faire demi-tour, mais finalement je poursuivis mon chemin, n’ayant aucune envie de me retrouver en face de ce drôle de bonhomme.

Je pressai le pas et sautai dans la dernière rame de métro, juste avant que la porte ne se referme. Il restait une place sur la banquette centrale, l’heure de pointe était passée. Perdre du temps, avec cette aventure m’avait au moins fait éviter l’heure de pointe.

Je réfléchissais à cette rencontre bizarre. Un type qui vous donnait un téléphone gratuitement, en insistant pour que vous le preniez, qui parlait comme un philosophe, et qui vous regardait s’éloigner tranquillement, comme si tout cela était normal ; il faut avouer que je n’avais jamais encore vécu une situation comme celle-ci. Je me demandais ce qu’en penseraient mes proches. Ils allaient encore se moquer de ma naïveté, pensais-je, en faisant la moue.

1521366_10200918124385416_1250064226_n

J’en étais à ce stade de ma réflexion, quand le téléphone blanc sonna dans mon sac. Je n’avais jamais entendu une sonnerie pareille, on aurait dit une cascade qui tombait sur un xylophone. C’était très poétique, mais encore plus bizarre. Décidément, toute cette histoire sortait de l’ordinaire. Je fouillais un moment dans mon sac avant e le dénicher, mais il ne s’arrêta pas de sonner pour autant. J’ouvris la coque pour décrocher, mais la sonnerie s’arrêta aussitôt. Il n’y avait rien sur l’écran d’accueil noir. Je ne savais même pas le mettre en route. Je le regardais bêtement, quand l’écran s’éclaira, sans que je ne fasse rien pour cela. Immédiatement, une vidéo se mit à défiler devant mes yeux, sans aucun son. Je ne pouvais détacher mon regard de cet écran, et ce que j’y vis reste encore gravé dans ma mémoire aujourd’hui.

La scène se déroulait sur le quai d’une gare, où la foule se pressait. Une femme marchait, on la voyait de dos, son long manteau gris se déployant autour d’elle, une écharpe mauve pendant à son cou. Sur son épaule droite, la bandoulière d’un sac de cuir noir assorti à ses bottes, se balançait au rythme de ses pas. Elle avançait rapidement, au bord du quai pour tenter de doubler les gens qui flânaient devant elle. Soudain, un homme jeune, entièrement vêtu de noir, s’approcha d’elle, venant de sa droite. Il attrapa la bandoulière du sac et tira violemment vers lui. Mais la jeune femme tenta de résister. Ils se mesurèrent pendant quelques secondes, puis il tira d’un coup sec tout en sortant un cutter de sa poche et coupa la bride. Déséquilibrée, elle partit en arrière, et bascula du quai, tombant lourdement sur les rails, au moment précis où le train démarrait. La dernière image était celle du visage horrifié de certains des passants qui avaient suivi la scène et qui regardaient les rails, paralysés de terreur.

Je ne pus m’empêcher de crier : « Oh Non !! Ce n’est pas possible, quelle horreur !!! »

Je m’arrêtais brusquement, sentant tous les regards sur moi. Je retombai sur terre, et levai les yeux, pour voir dix paires d’yeux désapprobateurs qui me regardaient. Je rougis et baissai la tête, ne sachant plus où me cacher. Je rangeai le téléphone dans mon sac, et pris un air détaché, pour me fondre dans le décor. Quelques secondes plus tard, ils semblaient m’avoir oubliée, et je balayai l’espace du regard, pour le vérifier, quand je remarquai que la jeune femme assise en face de moi portait une écharpe mauve de la même nuance que celle du film, ainsi qu’un manteau gris, un sac et des bottes de cuir noir. Cette coïncidence m’étonna, et je me dis en souriant, que le monde était souvent surprenant.

La rame arrivait en gare, et tout le monde se leva. Je descendis quelques secondes après la jeune femme, qui commença à remonter le long du quai. En la voyant de dos, je compris soudain, que devant moi, se déroulait la scène que j’avais entrevue quelques minutes auparavant. Tout se déroula en une fraction de secondes. Comme dans un film au ralenti, je vis cet homme s’approcher d’elle et tendre le bras vers son sac. Alors, sans réfléchir, je hurlai :

« Non, Pas ça !!! Arrêtez ça tout de suite !!!! »

Surpris, il s’arrêta et me regarda fixement. Je me dirigeai vers lui, sans baisser les yeux, et sans trop savoir ce que je voulais faire. Et, par miracle, il n’insista pas. Il partit en courant vers la sortie, se faufilant au milieu des voyageurs.

La jeune femme se retourna vers moi, interdite, le regard hostile. Elle me toisa une seconde puis lâcha sèchement, avant de s’éloigner.

« Ma petite dame, je crois qu’il faudrait vous faire soigner ! »

Je restai là, clouée sur place, les jambes tremblantes, avec la peur rétrospective de ce qui aurait pu se passer. Je me demandais aussi, si le voleur m’attendrait à la sortie. Les gens passaient autour de moi, indifférents à ce qui venait de se produire. Je tentai de reprendre mon souffle, quand un homme posa sa main sur mon épaule, me faisant sursauter de nouveau.

« N’ayez pas peur, je ne vous veux aucun mal. Cette femme ne sait pas qu’elle vous doit une fière chandelle ! Mais vous tremblez, ça ne va pas ?

-Je ne sais pas ce qui m’arrive, lui dis-je en claquant des dents. C’est la première fois que je fais ce genre de chose et je ne peux plus m’arrêter de trembler.

-Respirez calmement, me dit-il. Ça va passer, je vous accompagne jusqu’à la sortie.

-Je vous remercie, lui dis-je avec un sourire pâlot, j’ai aussi peur qu’il m’attende, je crois.

-Non, ne vous inquiétez pas, ce genre de petit voleur à la tire, ne moisit jamais longtemps au même endroit. Il a dû déjà trouver une autre victime …

En effet, à la sortie du métro, il n’y avait personne. Je remerciai mon compagnon, de m’avoir aidée à retrouver mon courage, et m’apprêtai à rejoindre ma voiture, lorsqu’il ajouta :

« Il y a peu de gens comme vous, vous savez, prête à prendre un mauvais coup, pour empêcher qu’on vole une inconnue. Qu’est-ce qui vous a pris ?

– Je ne sais pas trop… Ce n’était pas pour le vol, je crois. J’ai cru qu’il allait plutôt la tuer…

J’avais l’air d’une parfaite idiote, mais je ne pouvais pas décemment lui expliquer, que je venais de voir qu’il allait « effectivement » la tuer.

Il me regarda fixement quelques secondes, puis dit :

-Vous êtes quelqu’un de surprenant, vous savez ! Je ne suis pas prêt d’oublier cette matinée, moi ! Enfin, prenez soin de vous quand même, vous n’aurez peut-être pas autant de chance à chaque fois. »

Il s’éloigna, en se retournant deux fois, pour me regarder comme si j’étais une extraterrestre, ou que j’allais disparaître subitement dans un nuage de fumée.

A chaque fois …

Comment ça, à chaque fois ?

Une seule fois m’avait bien suffit. J’avais besoin de réfléchir à tout cela, au calme. Je regagnais ma voiture et rentrai chez moi. Cependant, je ne parlai de cet incident à personne, ni de ce téléphone bizarre, ne sachant pas par quel bout commencer.

Je le laissai au fond de mon sac, avec la ferme intention d’aller le rendre demain, à ce drôle de bonhomme. Avant de me coucher, cependant, je ne pus m’empêcher d’aller jeter un coup d’œil sur lui. Il semblait éteint, mais quand j’ouvris la coque, il s’éclaira. Je n’osais pas regarder, craignant de revoir cette vidéo atroce, mais il n’y avait qu’une image fixe. Sur un fond bleu et blanc nuageux, le logo représentant deux ailes déployées s’étalait en haut de la page, et juste en dessous, on voyait sept tirets alignés verticalement. A côté du premier tiret était écrit :

– Première vie

Je regardais fixement cette inscription, quand il s’éteignit. Je ne pus rien faire pour le rallumer. Je le remis dans mon sac avec l’impression qu’il me brûlait les doigts.

J’en avais froid dans le dos.

Cela confirma ma première intention : j’irai le rendre demain.

A la première heure.

A suivre

1441349_650956678288352_1445458265_n

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s